Entre formules de politesses, conventions sociales, retenues et effusion interpersonnelles soudaines. Les sentiments habituellement malmenés sont ici sublimés et fixé en taches irrégulières. Singularités de nos intérieurs respectifs.



J'ai eu la chance, ou bien l'imposture de n'avoir que rarement eu à écrire des lettres de motivation. Ce temps viendra peut être, mais en tant que photographe artiste auteur, il n'est pas tant de situations ou il faut nécessairement passer par ces mécanismes sociaux. Grand bien m'en fasse, je n'apprécie guère l'utilisation excessive d'hypocrisie.  Ici alors, je vous prie d'agréer, madame, monsieur, aux expressions de mes sentiments les plus décomplexés :

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression de mes sentiments les plus distingués.

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression de mes sentiments ulcérés

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression des sentiments les plus atoniques.

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression de ma plus haute considération

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression de ma haine la plus sincère

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression de mes sentiments les plus cordiaux

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression de mes sentiments les plus dévoués

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression de mon profond respect

Je vous prie d'agréer, madame, monsieur, l'expression de toute mon admiration

J'ai eu envie de parodier les grandes phrases alambiquées utilisées en tant que formules de politesses, et qui, utilisations après utilisations perdent de plus en plus leur sens propre, ainsi que l'intensité que sont l'agencement des mots de leurs significations. Alors les réécrire, les réinventer, et surtout: les illustrer.


Tirages originaux / reproduction disponible ici

©Clément Marion tous droits réservés.
Using Format